Et pourtant le chiffre d'affaires était trompeur...! Solution proposée

Attention, la réponse proposée doit avoir une portée générale.

En vous référant au tableau ci-après, dans lequel sont détaillées les charges d’exploitation, pouvez-vous déterminer quel autre « baromètre » que le chiffre d’affaires aurait permis au chef d’entreprise d’être alerté à temps de la dégradation de la situation ?


1 - La valeur ajoutée directe des ventes ou VAD des Ventes

Le chiffre d’affaires est un baromètre fort peu fiable quand on veut juger de la marche des affaires.

Rappelons que dans les biens et des services produits par l’entreprise sont incorporés d’autres biens et services. L’activité de l’entreprise consiste ainsi à « transformer » les biens et services « entrant » en biens et services « sortant ». Par exemple, une boulangerie transforme de la farine en pain. De ce fait, la marche de l’entreprise doit se juger sur la valeur de la transformation réalisée, autrement dit sur la différence entre la valeur marchande des biens et services produits, le chiffre d’affaires, et la valeur marchande des biens et services incorporés, la consommation directe (dans le cas traité, les achats matière). Cette différence est la valeur ajoutée directe des ventes ou VAD des ventes.

Evolution VAD des ventes

On observe que la VAD des ventes a évolué bien plus faiblement que le chiffre d’affaires

Le résultat d’exploitation est usuellement défini comme la différence entre le chiffre d’affaires et les charges d’exploitation. On peut aussi  le définir comme la différence entre la VAD des ventes et les charges liées à la structure, dont la consommation directe ne fait évidemment pas partie. Il apparaît ainsi, dans le cas traité, que la VAD des ventes est très insuffisante pour couvrir les charges liées à la structure, pourtant plus faibles que ce qu’elles étaient les années N-3 et N-2.

Evolution VAD des ventes

On peut en conséquence affirmer que la VAD des ventes est un« baromètre » bien plus pertinent que le chiffre d’affaires pour juger si « l’activité de l’entreprise » se dégrade ou s’améliore.

2 - Le Taux d'intégration

Un indicateur fort éclairant est le Taux d’intégration, rapport entre la VAD des ventes et le chiffre d’affaires. Dans le cas traité, cet indicateur chute fortement la dernière année, ce qui confirme pourquoi le résultat d’exploitation se dégrade brutalement malgré la remontée du chiffre d’affaires.

Evolution taux d'intégration

Il est utile de connaître le taux d’intégration correspondant à chacune des familles de produits réalisées par l’entreprise, ainsi que la part relative de chacune de ces familles dans le chiffre d’affaires.

Dans le cas traité, le dirigeant de l’entreprise aurait sans doute été alerté par l’analyse suivante… à condition d’en disposer périodiquement, donc à temps.

Analyse taux integration

On remarque que la famille C est celle qui a le meilleur taux d’intégration : 0,90. Or c’est elle dont la part dans le chiffre d’affaires, déjà la plus faible pendant les années N-3, N-2 et N-1, n’est plus vendue l’année N.

On remarque aussi que la famille A, dont le taux d’intégration est bien meilleur que celui de la famille B, est celle dont la part dans le chiffre d’affaires diminue régulièrement, passant de 49% l’année N-3 à 23% l’année N.

C’est la famille B, dont le taux d’intégration est le plus faible, et qui est même décroissant les deux dernières années, dont l’activité augmente régulièrement, passant de 42 % du chiffre d’affaires l’année N-3 à 78% l’année N.

Il n’est donc pas surprenant que le taux d’intégration moyen n’ait cessé de décroître, passant de 0,70 l’année N-3 à 0,54 l’année N. Avec les conséquences que l’on a vues.

 

Auteur : Paul-Louis Brodier